Agenda

28.11.18
-
21.12.18
La Manufacture / Comédie de Genève
BAT
28.11.18
-
21.12.18
La Manufacture / Comédie de Genève
BAT

    Série théâtrale : "J’ai le sentiment qu’il s’ensuivra de terribles excès d’étrangeté"

    Série théâtrale en trois épisodes d’après L’Homme sans qualité de Robert Musil avec les étudiant.e.s de la promotion J du Bachelor Théâtre.
    Rendez-vous les 29 novembre, 6 et 13 décembre à La Manufacture pour découvrir chacun des trois épisodes, puis le 21 décembre pour l'intégrale à la Comédie de Genève.

    ***

    Quatre auteures et auteurs vivants. Un roman de Robert Musil. Quinze étudiantes et étudiants. Copier le mode de travail des séries télévisées. Prendre plaisir à la vitesse d’invention. Faire confiance au moment. Demander aux actrices et aux acteurs une plasticité joueuse.


    ***


    La Manufacture a proposé à quatre auteurs, Stéphane Bouquet, Arthur Brügger, Valérie Mréjen et Antoinette Rychner, d’écrire un texte à plusieurs mains à partir du roman de Robert Musil, L’homme sans qualités. Pas n’importe quelle adaptation mais une mini-série théâtrale : trois épisodes d’un feuilleton qui donnent une nouvelle actualité au monde que dépeint le roman, dérivant entre burlesque et tragédie.


    Les personnages de L’Homme sans qualités ont le désir fou d'un projet pour fêter leur souverain mais ils ne savent pas exactement lequel. Traduit en monde contemporain, univers de réunions incessantes, d'analyse prospective et de rétro-planning, cela pourrait donner ceci : une entreprise doit se renouveler au risque de s’effondrer. Comment trouver de nouveaux produits, comment inventer de nouvelles saveurs, comment créer des légendes pour donner envie, et d’ailleurs qui inviter au comité de crise, quelle personnalité douée d’idées de génie ou qui créerait simplement suffisamment de « buzz » pour relancer la machine ? Chacun a sa petite idée parce que chacun a aussi ses petits – ou ses gros – intérêts. L’homme sans qualités est peut–être celui qui sauvera la situation.


    En copiant les modes de travail des séries télévisées, c’est-à-dire en écrivant un texte à l’égal d’un scénario, en créant un suspens à la fin de chaque épisode, en consacrant un temps de répétition limité par scène, en prenant plaisir à la vitesse d’invention, en faisant confiance au moment, en demandant aux acteurs une plasticité joueuse, nous proposons une autre façon de produire du théâtre en nous appuyant sur l’énergie inventive de jeunes apprentis du théâtre.