Formation

04.05.20
-
08.05.20
La Manufacture
04.05.20
-
08.05.20
La Manufacture

    Atelier professionnel interprétation · "Être sur scène : du précieux à l'inconcevable"

    Par Sophie Perez et Xavier Boussiron, metteur·es en scène, Cie Zerep
    Dates : du lundi 4 au vendredi 8 mai 2020

    En partenariat avec l’Arsenic – centre d’art scénique contemporain

    Le théâtre est devenu un divertissement semblable à celui qu’offrent les boîtes de nuit. Une chose passablement sophistiquée, qui témoigne d’une certaine idéologie de la classe moyenne. Aller au théâtre, c’est la même chose qu’aller prendre un drink, passer une soirée dans un cabaret, dîner en ville ou aller voir un show, histoire de passer un bon moment. Voilà où en est le théâtre.

    Pourtant le problème essentiel c’est de faire comprendre la présence d’une personne. Voilà le principal intérêt du théâtre : il permet de découvrir l’essence actuelle de la personne dans un espace donné, de la personne acteur et de la personne spectateur. Enfin, comme dirait Robert Mitchum quand il a vu Rintintin, "si un chien peut le faire, je peux le faire aussi".

    La formation d’un acteur ne doit pas se contenter d’enseigner la meilleure manière de se comporter sur scène : il faut aussi savoir interpréter les expériences vécues.

    Il n’y a pas une seule bonne façon d’exprimer la tristesse ou la joie : comme dans la vie, les choses sont complexes, voire confuses, l’enjeu de ce travail est de les rendre précises et méthodiques.

    Sachant que l’une des innovations les plus importantes du théâtre contemporain est le travail d’improvisation qui consiste précisément à intensifier la participation physique, intime et artistique de l’acteur. Quels moyens le danseur peut-il mettre en oeuvre pour intensifier sa puissance dramatique ?

    Ce atelier s’articulera autour de notions emblématiques du travail de Sophie Perez que l’on retrouve dans la Compagnie du Zerep : l’improvisation, la figure, la résistance, l’idée du bagage personnel envisagé comme un sport, la distance, la référence, la parodie, le boulevard expérimental, le vide, le monstre, le désastre… 

    Et sans oublier : les perruques, les entrées et les sorties, les cris surnaturels, les personnages historiques, les cascades, les chutes, le hasard et le mystérieux…

    Bref, tout ce qui caractérise de manière à la fois noble et minable le simple fait d’être là sur scène.

    En amont de l’atelier, Sophie Perez et Xavier Boussiron présentent à l’Arsenic "Les Chauves-souris du volcan", du 12 au 15 mars 2020.

    Crédit photos : Philippe Lebruman

    ***


    Public

    12 comédien·nes, performeur·euses, danseur·euses professionnels

    Horaires

    10h - 17h (1h de pause vers midi)

    Lieu

    La Manufacture, Haute école des arts de la scène
    Rue du Grand-Pré 5
    1000 Lausanne 16

    Prix

    CHF 600.-

    Inscriptions

    Jusqu’au lundi 6 avril 2020, date de réception des dossiers, auprès de La Manufacture - Haute école des arts de la scène, rue du Grand-Pré 5, CP 160, 1000 Lausanne 16

    Informations

    Anne-Pascale Mittaz, T.: +41 (0)21 557 41 73, annepascale.mittaz@manufacture.ch


    Les intervenant·es

    Sophie Perez

    Diplômée de l’ESAT en 1990, Sophie Perez est admise l’année suivante comme pensionnaire à la Villa Médicis en scénographie. Son travail autour des lieux et des textes atypiques qu’elle met à l’épreuve du théâtre commence alors. Avant de fonder la Compagnie du Zerep afin de créer ses propres pièces, elle poursuivra cette recherche sur la mise en espace en travaillant à̀ Rome avec Jean-Paul Chambas et Carlo Tomasi sur des productions à l’Opéra Bastille, l’Opéra Comique, l’Opéra de Lyon...

    Elle coréalise avec Matthieu Poirot-Delpech, Les enfants s’ennuient le dimanche (sélection officielle Cannes 1995). Elle part à New York en 1996 pour travailler avec le metteur en scène Travis Preston.

    Elle fonde la compagnie du Zerep en 1998 et crée dans la foulée son premier spectacle, Mais où est donc passée Esther Williams ?. Depuis 1998, elle a mise en scène une vingtaine de spectacles. Les plus récentes créations sont Purge, Baby, purge (une adaptation de On purge Bébé de Georges Feydeau) et Les chauves-souris du volcan (sorte de comédie musicale sur les chagrins d’amour).

    Les pièces scéniques (entre théâtre, danse et performance) sont délibérément affranchies de la moindre hiérarchie. Toutes sortes de strates culturelles, d’influences, d’emprunts, de simulacres, de manières d’être sur scène, de sources d’inspiration se croisent et se décroisent. Le texte, les acteurs et les objets ne constituent qu’un tout protéiforme.

    Les spectacles sont un précipité de notions récurrentes : l’action entre le documentaire et l’onirisme ; l’invention de la tradition ; le langage pris en étau entre le vrai et le faux ; la mauvaise foi et l’invention ; la parodie et la dureté́ des grands sentiments ; la dynamique de la revue et l’imperfection de l’expérimental ; le regard sur le présent, le rire à la fois outil de réflexion critique et pédagogique. Le mouvement est permanent pour questionner les limites de la représentation.

    La singularité des spectacles repose enfin sur le noyau artistique réunit depuis vingt ans. La présence inédite des acteurs dans toutes les pièces-œuvres du Zerep les lient entre elles d’une continuité aussi étrange que cohérente ; ils sont des engins scéniques éberluant le sens et le public par les contre-emplois, les variations, les relectures, les frasques dégénérés, les expérimentations subtiles, la beauté sensuelle, et la beauté tout court (qui reste, somme toute, une question primordiale).

    Le groupe est constitué des comédiens-performers Sophie Lenoir, Stéphane Roger, Gilles Gaston-Dreyfus, Marlène Saldana, Françoise Klein ; de Corine Petitpierre (costumes), Dan Mestanza (réalisation d’objets), Marie-Pierre Brébant (musicienne) ; et aussi Xavier Boussiron, compositeur, qui co-signe les pièces avec Sophie Perez depuis 2004.

    Par extension, les créations scéniques ont donné lieu à divers projets de performances, d’installations, d’évènements éphémères montrés aussi bien dans des musées, des fêtes foraines ou des boîtes de nuit.

    Forte de sa dynamique de collaboration à long terme, la Compagnie du Zerep est un exemple singulier de personnes travaillant à expérimenter et approfondir ensemble un vocabulaire sans équivalent dans l’art du spectacle.

    Spectacles :
    Mais où est donc passée Esther williams ? (1998)
    Détail sur la marche arrière (2001)
    Le type de Doewbe (inachevé́)* (2001)
    Leutti (2002)
    Le coup du cric andalou (2004)
    Laisse les gondoles à Venise (d’après Lorenzaccio d’Alfred de Musset) (2005) Enjambe Charles (2006)
    Gombrowiczshow (2008)
    Beaubourg-la-reine (2009)
    Écarte la gardine, tu verras le proscénium (2009)
    Bartabas tabasse (2009)
    Deux masques et la plume (2010)
    Oncle gourdin (2011)
    Prélude à l’agonie (2013)
    Biopigs (2015)
    Babarman, mon cirque pour un royaume (2017)
    Purge, Baby, purge ! (2018)
    Les chauves-souris du volcan (2019)

    Xavier Boussiron

    Apostat de l’art contemporain, dramaturge finlandais au sein de la Compagnie du Zerep, pédagogue en esthétiques de sous-main, Xavier Boussiron s’adonne à la musique. Une musique instrumentale superstitieuse à la croisée des mondes parallèles, du devoir de mémoire, du bonheur et de l’auto-légendarisation passagère. Un pedigree faisandé mêlant l’apparente grandeur des sentiments et la gaucherie des origines.