Formation

01.11.21
-
05.11.21
Théâtre de La Poudrière
A-PRO
01.11.21
-
05.11.21
Théâtre de La Poudrière
A-PRO

    Le corps face à l'objet

    Atelier professionnel marionnettes-théâtre d'objets
    Du lundi 1er novembre au vendredi 5 novembre 2021

    Par Nicole Mossoux, chorégraphe, directrice de la Compagnie Mossoux-Bonté et Agnès Limbos, comédienne, directrice de la Compagnie Gare Centrale

    En partenariat avec marionNEttes - festival international et Théâtre de la Poudrière

    L’enjeu de ce laboratoire est bien de croiser deux univers, celui du Théâtre-Danse que pratique Nicole Mossoux, dans lequel la présence scénique génère un univers de suggestion, à travers les langages particuliers du corps, et le monde d’Agnès Limbos, qui nous convie aux confins d’une fantaisie archétypale, dans les déclinaisons de sens que l’objet engage au-delà de son lot de quotidien.

    Toutes deux pratiquent depuis plus de trente ans, et elles ont choisi de partager ensemble leur expérience afin de permettre aux participant·es de cet atelier de se chercher des langages à l’intersection des deux démarches. Chacun·e sera amené·e, après les exercices préparatoires et les improvisations de groupe, à développer une courte forme qui sera partagée en fin de semaine.

    Une semaine intensive pour développer les univers particuliers qui peuvent naître de la mise en présence du corps actant et de l’objet.

    Un laboratoire « exploratoire », où il s’agira, par le biais d'échauffements, d'improvisations et d’élaborations personnelles, de prolonger le mouvement dans la matière, et d’apprendre à percevoir ce que la matière nous renvoie : à en décoder les signes, en cherchant les rapports de force et de complicité pouvant s’établir entre le vivant et l’inanimé. L’objet sera abordé sous l’angle de sa poétique singulière : objet-métaphore, symbolique, suggestif...

    Déroulement

    Chaque jour se déroule donc selon une thématique, liée à la fois à une partie du corps, et à ce que celle-ci fait résonner dans le jeu théâtral et la manipulation (exemple : le regard, les mains, le squelette, l’ensemble du corps).

    Pour commencer la journée, un échauffement réunit tous les participant-es. Cette préparation physique sera axée sur un déconditionnement, une mise en disponibilité du corps. Une attention particulière sera portée sur la dissociation et sur les notions de prolongement dans l'espace, d’écoute du partenaire, du rapport à l’objet ou à une pièce de vêtement.

    Danse-contact, manipulation d’un partenaire, développement de l’écoute, types de regard, conscience de la frontalité, tout cela est progressivement pris en compte dans la préparation matinale.

    Ensuite seront proposés des exercices comme :

    - Des rituels de présentation, où il s’agit de définir l’espace de jeu, comme par exemple une table ou non pour les objets, d’entrer et de sortir d’un espace défini.

    - Un travail sur la manipulation d’objet où l’on détaille les diverses manières de mettre celui-ci en évidence. L’acteur étant à vue, le travail sur le regard, sur la respiration et l’émotion que cela déclenche prend une place prépondérante.

    - Des tentatives de décodage de la valeur poétique de l’objet : l’objet seul, ou mis à côté d’un autre, révéler sa valeur symbolique, de suggestion, humoristique, émotionnelle...

    - Des rébus : présentation devant le groupe sous forme de devinette, qui fasse comprendre, sans parole, un mot qui aura été décomposé en syllabe (chaque syllabe sera un objet, ou le corps, ou le corps et l’objet)

    - Des improvisations seront proposées par la suite, certaines directement liées à l’objet, d’autres plutôt axées sur la présence, mais petit à petit les deux se combinent.

    ***

    Covid-19

    Les mesures Covid seront annoncées prochainement.

    Public

    12 professionnel·les de la scène, toutes pratiques confondues, comédien·nes, performeurs·euses, danseurs·euses, scénographes, marionnettistes, plasticien·nes, metteurs·es en scène, circassien·nes, musicien·nes, auteurs·ices, chanteurs·euses, etc.
    Un groupe hétérogène est d'ailleurs souhaitable, les expériences des un-es pouvant enrichir les connaissances des autres.

    Horaires

    10h - 17h (1h de pause vers midi)

    Matériel à apporter

    Chaque participant·e apporte des objets ou des matières pour lesquels iels éprouvent une attirance, avec lesquels iels désirent travailler.
    Quand on dit « objet », on parle des objets qui ont fait ou font partie de notre quotidien avec toutes les valeurs nostalgiques ou imaginatives qu’ils contiennent. Cette notion peut s’étendre aux matières naturelles ou autres.
    L’impact visuel doit être immédiat.
    Ce sont des « éléments » qui sortent tels quels de la vie sans aucune transformation et qui arrivent sur la scène par choix du manipulateur ou par « hasard ».

    Lieu

    Théâtre de La Poudrière
    Quai Philippe-Godet 22
    2000 Neuchâtel

    Prix

    600 CHF

    Invitation spectacles du festival

    2 invitations offertes valables sur toute la programmation du marionNEttes - festival international.

    Logement

    Possibilité de trouver un logement chez l'habitant·e, gratuitement, dans la mesure du possible.

    Attestation

    Une attestation est délivrée à l’issue de la formation

    Inscriptions

    Jusqu’au lundi 11 octobre 2021, date de réception des dossiers, auprès de La Manufacture - Haute école des arts de la scène, rue du Grand-Pré 5, CP 160, 1000 Lausanne 16 ou par mail à marine.meier@manufacture.ch

    Informations

    Marine Meier, T. : +41 (0)21 557 41 74, marine.meier@manufacture

    Objectifs

    • Se rendre disponible (à soi et au groupe)
    • Partager ses expériences
    • Développer conscience de l’espace et présence scénique
    • Acquérir quelques bases techniques de manipulation


    Intervenantes

    Nicole Mossoux

    Nicole Mossoux est une danseuse et chorégraphe belge née à Bruxelles le 3 janvier 1956.

    Après des études à l'école Mudra de Maurice Béjart, elle crée plusieurs pièces seule dès 1978, s'intéresse à la psychanalyse, puis, après sa rencontre avec le dramaturge et metteur en scène Patrick Bonté, elle crée avec lui la première chorégraphie d'une longue série commune et partagée.

    Quelques années plus tard, les deux artistes fondent la Compagnie Mossoux-Bonté, qui ne cessera de fondre danse et théâtre en un seul langage, explorant les zones troubles de la sensibilité et de l'inconscient, dans une familiarité étrange à la rencontre de l'imaginaire du spectateur.

    www.mossoux-bonte.be


    Agnès Limbos

    Depuis 1984, date de création de la Compagnie Gare Centrale, Agnès Limbos a créé de nombreux spectacles joués dans plus de vingt-cinq pays, développant pas à pas sa recherche artistique autour du théâtre d’objet et de l’acteur manipulateur. Passionnée de théâtre, découvrant des jouets miniatures dans les boîtes à savon et portée sur la contemplation des arbres et du ciel, elle passe un moment de son enfance en Afrique, fait des études de sciences politiques et philosophiques. Préférant les routes du monde aux bancs de l’université, elle commence une errance personnelle qui l’amènera entre autres à l’école Internationale Mime Mouvement Théâtre Jacques Lecoq à Paris de 1977 à 1979, au Mexique de 1980 à 1982 et à la création de la Compagnie Gare Centrale à Bruxelles en 1984. Elle travaille comme auteur, comédienne, metteure en scène, professeure et accompagne de jeunes créateurs-trice dans leur démarche artistique.

    Agnès Limbos développe une démarche personnelle d’actrice-créatrice. A travers ses spectacles et ses collaborations, elle essaie de pratiquer un théâtre populaire de qualité, plein de sentiments, au départ de la compréhension contradictoire féérie/réalité, tragique/comique de l’univers, de la force de l’instinct et de la recherche d’un langage visuel et corporel toujours en évolution.

    Entre voyages, formations et créations, elle a étendu son regard, sa technique et a créé sa propre façon de faire. Elle est une figure emblématique du théâtre d’objet, cet art du détail qui éblouit les yeux et fait fonctionner l’inconscient. Depuis toujours, Agnès Limbos se passionne pour la puissance de l’objet comme acteur à part entière et pour la capacité du comédien à le manipuler. Il n’y a pas de détournement, les objets ne sont pas considérés comme des accessoires mais bien comme des éléments fondateurs de la pièce, imposant leur présence comme pilier du jeu. Tout est calculé, imaginé et justement pensé pour les renvoyer à une entité, réelle effigie au sein des protagonistes du récit.

    http://www.garecentrale.be